Charlotte Sevrin

Restauration de tableaux, Restauration tableau, Restaurateur d’œuvre d’art, Restauration œuvre d’art, Restauration art et Restauration tableaux 

Contactez-nous Appelez-nous
Une discipline basée sur l’intégrité

Quelle déontologie pour la restauration d’art ?

La discipline de la conservation et de la restauration des œuvres d’art est en constante évolution. Il s’agit d’une discipline encore jeune qui a fait l’objet de nombreuses définitions, toujours rediscutées et corrigées en fonction de l’évolution de la société. Les notions fondamentales de la conservation-restauration sont l’intégrité, la réversibilité des matériaux employés et l’authenticité. Spécialisée dans la restauration d’art à Bruxelles, je me dois de souscrire à ces principes, qui définissent l’ensemble de ma pratique.

De manière générale, la conservation d’une œuvre a pour but de permettre sa transmission aux générations futures, et donc s’assurer sa pérennité. La restauration est une action directe et volontaire sur l’œuvre afin de rendre la lecture de l’œuvre possible, de retrouver son harmonie esthétique et de permettre sa conservation.

Chaque œuvre représente un cas particulier, unique. Il est nécessaire, avant de commencer un quelconque traitement, d’analyser l’œuvre en profondeur. L’analyse d’une œuvre consiste en une étude technique et historique. Cette étude permet au restaurateur de comprendre dans quel contexte historique s’inscrit l’objet, mais également de comprendre l’histoire matérielle et les origines des altérations de l’œuvre.

Tout traitement de conservation-restauration respecte les grands principes déontologiques du métier. Chaque intervention de restauration d’art doit être exécutée dans le respect de l’histoire matérielle de l’œuvre. La restauration est réalisée avec des matériaux choisis pour leur stabilité dans le temps, leur innocuité par rapport à l’œuvre et surtout leur réversibilité. Il est primordial que le travail du restaurateur puisse être à tout moment enlevé ou corrigé sans attenter à l’œuvre originale. Enfin, la lisibilité de la restauration doit être respectée, c’est-à-dire que notre travail doit être visible de près pour pouvoir le distinguer de l’œuvre originale. Il doit également être très bien documenté par des photographies, schémas et explications des traitements effectués.

Ainsi, chaque étude et traitement est accompagné d’un rapport complet comprenant une étude historique et technique ainsi que l’explication du traitement effectué.

Vous souhaitez faire appel à une restauratrice compétente à Bruxelles ? Je vous invite à me contacter.