Charlotte Sevrin

Restauration de tableaux, Restauration tableau, Restaurateur d’œuvre d’art, Restauration œuvre d’art, Restauration art et Restauration tableaux 

Contactez-nous Appelez-nous
Des musées d’art à l’IRPA

La restauration de tableau, une passion qui se construit

Depuis toujours, l’art et l’histoire ont été pour moi une source d’émerveillement et de rêveries. Je sais maintenant que ce sont les longues balades dans les divers musées d’art et d’histoire proposées par mes parents qui ont marqué mon éveil et mon intérêt croissant pour notre patrimoine artistique.

Achevant des humanités générales en option latin-grec par un travail de fin d’étude dont le sujet principal était la présentation du métier d’archéologue en Belgique, j’ai pris conscience que je voulais exercer un métier de passion qui contribue à la sauvegarde du patrimoine. Mon année de rhétorique s’est achevée par un voyage inoubliable en Italie où j’ai eu la chance de pouvoir observer le travail de restauratrices de peintures dans la galerie des Offices de Florence. Cette rencontre a été l’élément déclencheur qui m’a incitée à entamer un cursus en conservation-restauration d’œuvres d’art en 2009, choisissant l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre pour ma formation.

C’est au sein de l’atelier de restauration de tableau à Bruxelles que j’ai pris conscience que, au-delà du regard à poser sur les objets d’art et au-delà de cette connaissance théorique qui nous est enseignée, j’éprouvais un véritable désir de toucher de plus près à la magie des œuvres en elles-mêmes, envie d’atteindre une certaine proximité, une certaine profondeur de l’œuvre d’art.

Au cours de mon parcours scolaire, j’ai eu la chance de pouvoir effectuer des stages à l’étranger, en Syrie, en Egypte et en Italie. Ceux-ci ont largement contribué à enrichir mes connaissances dans le domaine de la conservation-restauration du patrimoine artistique. Les stages sur chantiers archéologiques m’ont permis d’apprécier le travail en équipe et les échanges de réflexions éthiques quant à la conservation-restauration du patrimoine archéologique. Travailler en symbiose avec historiens de l’art, scientifiques, archéologues et restaurateurs fut une expérience très enrichissante qui m’aida à mieux comprendre l’impact de notre travail.

Mon mémoire de fin d’études portait sur le traitement d’un ensemble de quatorze peintures sur panneaux constituant un Chemin de croix réalisé entre 1941 et 1946 par Jean-Ado Baltus. Le but du travail était de reconstituer l’histoire de l’œuvre et de son créateur, d’étudier la technique et la mise en œuvre originales en vue de conserver et restaurer l’ensemble. Ce travail m’a fait prendre conscience que la clé de la sauvegarde du patrimoine réside dans l'association des différentes disciplines au service de l'art, mais également dans l'implication du public pour un projet.

Depuis juillet 2013, je travaille en tant que restauratrice indépendante et j’ai eu l’occasion de prendre part à de nombreux projets de restauration. J’ai notamment participé aux chantiers de restauration des toiles du 18e siècle de la Maison Villers de Malmedy, à la restauration de la toile monumentale de la Bataille de Waterloo (20e siècle), à la restauration des peintures murales ornant l’Hôtel Hannon, etc. Ces projets ont été menés en collaboration avec différents professionnels du métier, et ils m’ont appris le travail en équipe, l'interdisciplinarité et l’adaptation à des situations difficiles et contraignantes.

J’ai également traité dans mon atelier des collections privées d’artistes allant du 16e au 21e siècle. J’ai pu acquérir une certaine expérience du travail de restauration en atelier mais également sur chantier, où j’ai découvert la diversité d’œuvres à laquelle un restaurateur est confronté dans sa carrière.

J’ai complété ma formation en réalisant un stage de perfectionnement en 2015 au sein de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique, à Bruxelles. Ce stage m’a permis de travailler en collaboration avec les différentes cellules de l’IRPA pour mener à bien des études de cas et de restauration. Grâce à l’interdisciplinarité prônée par l’IRPA, des projets de grande envergure y sont menés avec succès.

Durant mes années d’expérience, j’ai eu l’occasion de restaurer des peintures datant de l’Ancienne Egypte à des œuvres du 21e siècle, des peintures sur enduit, sur panneaux et sur toile. J’ai travaillé sur de multiples cas différents, et chaque traitement a été l’occasion d’effectuer de nouvelles recherches historiques et techniques en vue d’obtenir un résultat de qualité.

Vous aimeriez faire appel à mes services pour la restauration d’un tableau ? Contactez-moi sans plus attendre.